Quand le numérique rencontre le papier – Astrid Monet / L’Arbre à Lettres

La librairie L’Arbre à Lettres fut le théâtre, vendredi dernier, d’une première. En plein milieu des livres en papier, une jeune auteur, sa liseuse à la main, donnait une lecture des extraits de son recueil de nouvelles (ma critique est à lire ici). Pas loin, une borne numérique permettait au public présent d’acheter la version dématérialisée de ce recueil. La soirée fut réussie. Une trentaine de personnes, une lecture très au-dessus de celle souvent terne des auteurs qui s’échinent désespérément à vouloir lire quand ils savent bien mieux écrire. Quelques questions toujours intéressantes d’un grand public que l’édition numérique intrigue à défaut d’intéresser véritablement (et qui rappellent que la pédagogie de l’édition numérique est un chantier important).

Que doit-on retenir d’une telle rencontre ?

Tout d’abord que, contrairement aux idées reçues et trop souvent répandues, les libraires ne sont pas hostiles au numérique. L’Arbre à Lettres a pris conscience que le libraire devait continuer son rôle de conseil en donnant la possibilité aux lecteurs de choisir le format numérique. Notons cependant que l’expérience client de la borne numérique est à améliorer dans la simplicité, l’ergonomie et la rapidité de l’achat.

Ensuite que la réflexion autour de l’écriture numérique n’est pas une vaine idée. Tant le public que l’auteur ont pu confirmer l’intérêt d’une écriture singulière pour ce(s) nouveau(x) support(s). Certes, le marché du livre numérique est aujourd’hui plus celui de Guillaume Musso (http://www.ebouquin.fr/2011/03/31/exclu-xo-editions-sort-du-rang-guillaume-musso-sur-libookstore/) que d’Astrid Monet (l’homothétique domine pour le moment largement la création purement numérique), mais est-ce pour autant l’avenir ? C’est une question à se poser. Et quel enthousiasme devant les possibilités apportées par le numérique.

Enfin que rendre réelle l’édition numérique à travers une rencontre est une idée simple mais efficace. Parce que la première étape de l’édition numérique est avant tout de créer un marché. Et convaincre le grand public est une des conditions préalables (avec la baisse du prix des supports et l’augmentation d’une offre éditoriale cohérente et intéressante).

Vous pouvez découvrir les réactions de l’auteur elle-même sur son blog:

http://lecarnetdemarguerite.wordpress.com/2011/04/04/premiere-lecture-en-numerique-vendredi-1-avril-2011-a-larbre-a-lettres/

En attendant que d’autres lectures permettent de nouer des liens privilégiés entre le numérique et le papier…

Publicités
Cet article, publié dans Edition numérique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand le numérique rencontre le papier – Astrid Monet / L’Arbre à Lettres

  1. Leroy dit :

    Wow, il était temps! Bravo Astrid 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s